Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

samedi 2 décembre 2017

Promo - Bobbleheads



Les Coyotes de l'Arizona ont récemment fait une promotion, où ils ont remis 10 000 bobbleheads du commentateur et ex-joueur Paul Bissonnette (Biz est son surnom), costumé en Obi Wan Kenobi.  Comme il y a eu 13 226 spectateurs ce soir-là, une bonne proportion de la foule a eu la sienne.



Est-ce que les Canadiens pourraient faire la même chose et associer certains membres de l'équipe à un personnage et en faire des bobbleheads?  Voici quelques suggestions:
 
Antti "Spock" Niemi, un grand voyageur qui change d'équipe souvent
  
Jacob "Panthère" de la Rose

Alex "Le Sphinx" Galchenyuk, celui qui est toujours une énigme
 

Jordie "Pôpa" Benn
 

Le Sauveur, Jesus Price
 
Marc "Oscar" Bergevin, puisque comme le personnage de Sesame Street, il cherche des découvertes dans les poubelles

Avez-vous d'autres suggestions?



dimanche 26 novembre 2017

L'ADN d'un but #1 - Sidney Crosby





La LNH nous a grandement fait plaisir à nous les geeks de hockey et de statistiques depuis qu'elle a revampé son site web car il est désormais possible de remonter dans le temps et de consulter les sommaires de tous les matchs de la ligue depuis sa fondation il y a 100 ans de cela (voir exemple ici). Un usager de Twitter du nom de Ray Sheeode s'est servi de ces nouvelles facettes et a inventé un nouvel exercice assez amusant qui consiste à choisir un joueur, de retracer contre quel gardien il a marqué son premier but en carrière et ensuite de prendre le gardien en question et retracer contre qui il s'est fait accorder son premier but. On répète par la suite le même exercice avec le joueur suivant dans la chaîne et le gardien suivant, etc... jusqu'à ce qu'on conclue la boucle.





Il a baptisé cet exercice #GoalDNA et il a ainsi publié la généalogie du premier but de plusieurs joueurs. Il n'est pas rare de voir une chaîne de la sorte se rendre jusqu'aux fondements de la ligue en 1917 tandis que d'autres fois la chaîne est plutôt courte. Car si un joueur marque son premier but contre un gardien et qu'il s'agit pour ce gardien de son premier but accordé également et bien la chaîne s'arrête.



Un exemple de GoalDNA sans racines profondes...


Donc je trouve bien sûr ce jeu fascinant. On pourrait faire un parallèle avec le célèbre jeu ''seven degrees of Kevin Bacon'' mais c'est encore plus geek car il faut faire pas mal de "cliquage" et de recherche sur le site de la ligue afin de parvenir à ses fins. 

J'ai donc décidé d'essayer ce concept mais un peu plus à ma manière en vous incluant également des faits historiques et anecdotiques et des photos en plus de simplement énumérer ces statistiques.

J'ai donc fait mon premier Goal DNA et j'ai choisi au hasard le premier joueur que j'ai vu sur le site de la ligue l'autre jour, Sidney Crosby.




Le premier but de celui qu'on appelait alors ''Sid the kid'' fut marqué lors de son deuxième match en carrière et son premier à son nouveau domicile de Pittsburgh. Il ajouta également 2 passes lors de ce match très offensif contre les Bruins (défaite de 7-6 des Penguins). Lors de sa carrière, on a davantage vu Crosby avec des coéquipiers comme Evgeni Malkin, Pascal Dupuis, James Neal ou Chris Kunitz mais à l'époque on retrouvait pas mal de vieux routiers à Pittsburgh comme John Leclair, Mark Recchi, Zigmund Palffy et bien sûr Mario Lemieux. 

Crosby a marqué 38 autres buts lors de cette première saison (et 102 points) et s'approche du cap des 400 au moment d'écrire ces lignes (391).




La première victime de Crosby en était lui aussi à ses débuts dans la LNH en 2005-06. Si Crosby en était à son 2e match en carrière, le finlandais Hannu Toivonen en était à son tout premier lors de ce match du 8 octobre 2005. Mon GoalDNA aurait donc pu se terminer assez rapidement si ce n'était du fait que Toivonen alloua tout d'abord son premier but une période auparavant contre Zigmund Palffy (qui récolta aussi une passe sur le 1er but de Crosby).

Toivonen est un ex-projet avorté des Bruins. Repêché en 1re ronde (29e au total en 2002), il ne réussit jamais à s'établir pour de bon dans la LNH. Il était pourtant bien parti en 2005-06. Il obtint tout d'abord ce 1er départ contre Pittsburgh dû à l'absence d'Andrew Raycroft qui était en dispute contractuelle avec les Bruins. Il connut une bonne première saison mais subit une grave blessure à la cheville qui mit fin à sa saison en janvier. Il ne revint jamais au sommet de sa forme et se fit voler le poste de 1er gardien de l'équipe par Tim Thomas la saison suivante. ll fut par la suite échangé aux Blues de St.Louis ou il joua sporadiquement pendant une seule saison avant de passer les années suivantes dans les mineures.

On l'a vu la dernière fois en Amérique lors de la saison 2013-14 avec le Walleye de Toledo de la ECHL. Il a depuis joué dans sa Finlande natale et il évolue présentement en Autriche.




Nous faisons maintenant un bond de 10 ans en arrière dans cette chaîne avec le premier but de Zigmund "Ziggy" Palffy alors membre des Islanders de New York. On a tendance à oublier Palffy mais il s'agissait d'un des meilleurs marqueurs de son époque alors qu'il jouait durant la "dead puck era" et ce au sein d'équipes médiocres de l'époque comme les Islanders et les Kings de L.A. Il réussit tout de même à marquer 329 buts et à obtenir 713 points en seulement 684 matchs dans la LNH. La saison 2005-06 avec les Penguins fut toutefois sa dernière dans la LNH alors qu'il prit sa retraite prématurément après plusieurs blessures. Il revint toutefois au jeu en 2007 dans sa Slovaquie natale et y rejoua jusqu'en 2013.

Ce choix de 2e ronde en 1991 débuta dans la LNH durant la saison 1993-94 ou il ne joua que 5 matchs sans récolter de points. Il se reprit toutefois lors du premier match de la saison écourtée de 1995 alors qu'il marqua les deux seuls buts de son équipe contre Mark Fitzpatrick et les Panthers de la Floride dans une victoire de 2-1. Il termina la saison avec 10 buts en 33 matchs mais explosa lors des années suivantes avec trois saisons consécutives de plus de 40 buts.




Le 1er but de Palffy fut marqué contre un ancien Islanders en la personne de Mark Fitzpatrick. Je croyais d'abord que Fitzpatrick avait commencé sa carrière à Long Island mais il a plutôt débuté à Los Angeles avec les Kings qui le repêchèrent en 2e ronde en 1987. C'est avec eux qu'il alloua son 1er but contre Steve Thomas des Blackhawks. Il ne joua cependant que 17 matchs avec les Kings avant d'être échangé aux Islanders contre Kelly Hrudey. Il joua avec Long Island jusqu'au repêchage d'expansion de 1993 alors qu'il passa tout d'abord aux Nordiques (contre Ron Hextall) et ensuite aux nouveaux Panthers où il joua plusieurs saisons comme substitut à John Vanbiesbrouck.

Il joua également à Tampa Bay, Chicago et en Caroline et termina sa carrière dans la IHL en 2001. Il remporta également le trophée Masterton en 1992 après s'être remis de la maladie du Syndrome éosinophilie–myalgie.




Steve Thomas, un joueur culte des Maple Leafs et figurant dans le film Youngblood, n'avait jamais été repêché avant de signer comme agent libre avec les Leafs en 1984. Il joua la saison 1984-85 dans la AHL et y gagna le titre de recrue de l'année. Il eut également l'opportunité de jouer 18 matchs avec le grand club. Il ne récolta qu'un seul but (évidemment son premier) lors de ce premier séjour dans la LNH et ce fut dans une défaite écrasante de 9-3 contre les Red Wings. Les Maple Leafs de l'époque étant une risée, il fut sacrifié en 1987 en compagnie de Rick Waive dans un échange avec les Blackhawks qui envoyèrent Ed Oldcyk  et Al Secord à Toronto.

Il joua plus tard avec les Islanders (le 3e dans cette chaîne) ainsi qu'au New Jersey, Anaheim et Detroit en plus d'un retour à Toronto et un autre à Chicago. Il marqua au final plus de 400 buts durant sa carrière.




Montréalais d'origine italienne et recrue de l'année au sein des très faibles Red Wings de 1981-82 avec une fiche de 4-10-1, Corrado Micalef était un ancien des Castors de Sherbrooke qui eut une carrière peu spectaculaire d'environ une centaine de matchs dans la LNH dans les années 80 où il eut une fiche globale de 26-59-15. Sa première sortie fut plutôt désastreuse alors qu'il fut retiré du match après 4 buts dans une défaite de 8-1 contre les Whalers de Hartford le 17 octobre 1981. Au moins il peut se réconforter en se disant que son premier but accordé fut contre un membre du temple de la renommée en Dave Keon qui était alors le plus vieux joueur actif de la LNH.

Micalef quitta la LNH en 1986 mais joua jusqu'en 2002 dans différentes ligues d'europe.




On fait un bond de plus de 20 ans en arrière dans la chaîne alors que le membre des Whalers qui marqua en premier contre Micalef était une ancienne légende des Maple Leafs, Dave Keon qui était alors en dispute depuis plusieurs années envers les Leafs et leur propriétaire Harold Ballard. (voir texte du 12 déc. 2009).

Avant ces années troubles, Keon était à l'origine le meilleur prospect des Leafs lorsqu'il débuta sa carrière lors de la saison 1960-61 ou il obtint le trophée Calder. C'est lors de son 3e match en carrière qu'il déjoua le légendaire Terry Sawchuk pour le 1er de ses 392 buts en carrière.




Lors du 1er de Keon, le gardien adverse en était déjà à sa 12e saison dans la ligue. Terry Sawchuk avait en fait débuté sa carrière durant la saison 1949-50 lorsqu'il fut rappelé pour remplacer un Harry Lumley blessé et ce séjour dura 7 matchs. Bien qu'il perdit ce match 4-3 contre les Bruins, il impressionna suffisamment l'équipe après ces 7 matchs pour usurper la place de Lumley la saison suivante, malgré que ce dernier les avait aider à remporter la coupe Stanley le 1950. Sawchuk remporta le Calder en 1951 et plus tard 4 trophées Vézina et 4 coupes Stanley.

Comme Keon et Crosby avant lui dans cette chaîne, Sawchuk fait partie du fameux Top 100 des meilleurs joueurs de la LNH tel qu'élus par la ligue elle-même.




Le premier à avoir déjoué Sawchuk en était également à sa première saison en 1949-50 mais avait pour sa part débuté la saison avec l'équipe après avoir signé comme agent libre. Phil Maloney termina cette première saison avec 46 points en 70 matchs et termina 2e au scrutin du trophée Calder. Il fut toutefois échangé aux Maple Leafs la saison suivante et ne revint jamais à sa forme de sa première saison, passant le plus clair de son temps dans les mineures.

Il joua plus tard pour les Blackhawks, le club contre qui il marqua son premier but, et termina sa carrière dans la WHL avec les Canucks de Vancouver. Il sera également entraineur des Canucks dans la LNH dans les années 70.




Un autre membre du temple de la renommée dans cette chaîne. Je croyais tout d'abord à une erreur en retrouvant Frank Brimsek (voir texte du 6 octobre 2014) sur cette liste alors que je croyais qu'il avait toujours joué avec les Bruins de Boston. Je croyais alors qu'il aurait été le gardien du côté de Maloney lors du 1er but de ce dernier mais non. Il a bel et bien joué à Chicago en 1949-50 dans ce qui fut sa dernière saison en carrière après 9 autres saisons à Boston.

Comme Keon, Sawchuk (et presque Maloney et Crosby), Brimsek a lui aussi remporté le Calder, soit lors de la saison 1938-39 ou il remporta également le trophée Vézina. On le surnommait également Mr. Zero car il obtint 6 blanchissages lors des 7 premiers matchs après qu'il ait remplacé le gardien Tiny Thompson que l'équipe échangea aux Red Wings pour donner toute la place à Brimsek.

Il n'obtint cependant pas de blanchissage lors de son premier match, une victoire de 3-2 contre Toronto dont faisait partie un autre illustre joueur..




Un autre récipiendaire du trophée Calder, membre du temple de la renommée et du Top 100 de la LNH en la personne de Syl Apps. (voir texte du 14 janvier 2013)  Il était en fait le 1er gagnant du Calder, remis pour la première fois après la saison 1936-37.

Un athlète multi-disciplinaire et reconnu comme un des joueurs les plus complets et des plus gentlemen, il gagna également 3 coupes Stanley avec les Leafs, en plus d'un trophée Lady Bing.

Son premier but en carrière fut contre les défunts Americans de New York lors de son 2e match en carrière. Il obtint également une passe lors de ce match.




Roy Worters est un membre du temple de la renommée assez méconnu dû au fait qu'il joua la majorité de sa carrière au sein d'équipes faibles comme les Americans et les éphémères Pirates de Pittsburgh où il débuta sa carrière en 1925. Il est surtout reconnu pour le fait d'avoir été le plus petit joueur de l'histoire de la LNH à 5' 3" et d'avoir tout de même réussi à récolter 66 blanchissages durant sa carrière.

Pas de blanchissage lors de son premier match en novembre 1925 contre les Bruins, mais seulement un but accordé dans une victoire de 2-1.

Assez cool de voir qu'il y a des gênes des anciens Pirates de Pittsburgh (voir texte du 28 janvier 2009) dans l'ADN du 1er but de Crosby...




Le 1er défenseur dans cette chaîne, Billy Stuart débuta avec l'ancienne incarnation des Maple Leafs, les St.Pats de Toronto, en janvier 1921 et y joua jusqu'en 1924 ou il fut vendu à la nouvelle équipe des Bruins de Boston. Il joua trois autres saisons à Boston avant d'être vendu de nouveau, cette fois dans la AHA avec les Millers de Minneapolis.

Il se promena ensuite dans plusieurs ligues et plusieurs équipes mais ne revint jamais dans la LNH.





Comme plusieurs des GoalDNA vus auparavant sur Twitter, celui de Crosby a la distinction de se terminer à la 1re soirée d'activité de l'histoire de la LNH soit le soir du 19 décembre 1917 alors que les quatre équipes de la ligue étaient en action.

Le 1er but accordé par le légendaire Georges Vézina dans la LNH ne fut toutefois pas le 1er but marqué du match. Cette distinction appartient à Joe Malone des Canadiens. Cette première soirée de la LNH fut un succès sur le plan offensif alors que les Canadiens l'emportèrent 7-4 contre les Senators tandis que dans l'autre match à l'affiche, les Wanderers de Montréal l'emportèrent 10-9 contre les Arenas de Toronto.

Nous en sommes donc à un autre membre du top 100 avec Vezina.

Celui qui conclut donc la boucle de ce GoalDNA est donc Eddie Gerard (voir texte du 20 avril 2015), un des 12 membres originaux du temple de la renommée lors de son ouverture en 1945. Comme Syl Apps vu précédemment, il était également un athlète multi-disciplinaire, évoluant aussi notamment comme demi défensif avec les Rough Riders d'Ottawa.

Il deviendra plus tard capitaine des Senators et remporta 4 coupes Stanley comme joueur et une comme entraîneur des Maroons de Montréal en 1925. Une de ces coupes gagnées en tant que joueur le fut comme joueur de location alors qu'il fut prêté aux St-Pats de Toronto pour la finale de 1922 contre les Millionnaires de Vancouver.

C'est donc ce qui conclue cette longue lignée généalogique du 1er but de Sidney Crosby. En tout nous retrouvons donc 15 joueurs dans cette chaîne dont 7 membres du temple (8 si on compte déjà Crosby), 5 membres du Top 100 de la ligue et 4 gagnants du trophée Calder en plus de plusieurs trophées Vézina et de Coupes Stanley...

Toute qu'une épopée.



vendredi 24 novembre 2017

Trêve de hockey #92 - Champions de la Coupe Grey de... 1908?


Cette année sera la 105e fois où la Coupe Grey sera remise.  La vénérable Coupe a toutefois plus de 105 ans, puisque, entre autres en raison de la Première Guerre Mondiale, elle n’a pas été remise en 1916, 1917, 1918 et 1919.
 
C’est en 1909 qu’elle a été remise pour la première fois.  Pourtant, avec un peu d’observation, on peut y voir que les champions de 1908 sont les Tigers de Hamilton.  D’où vient cette inscription?
 
En 1915, les Tigers ont mis la main sur la Coupe.  Il était alors prévu qu’après leur saison, la plupart de leurs joueurs partent pour la guerre.  Il était donc évident que plusieurs n’auraient pas d’autres occasions de la gagner.  Ils ont donc décidé de se la décerner une fois de plus.
 
 
En 1908 (donc l’année avant qu'Earl Grey ne donne la Coupe), les Tigers avaient gagné le championnat national, en battant l’Université de Toronto.  Ils ne reçurent toutefois pas la Coupe, pour la simple raison qu’elle n’existait pas encore…
 
Lorsqu’ils ont eu la Coupe en leur possession, ils ont donc décidé de corriger cette « erreur » en l’apportant chez un graveur pour lui faire inscrire leur victoire de 1908.  L’inscription était toutefois très petite et ce n’est qu’en 1951, alors que la Coupe a été agrandie, qu’elle a été notée.  Une fois que les historiens ont pu retracer l’histoire, il a été décidé de la laisser en place, faisant ainsi partie du folklore de la Coupe Grey.  
 
Sources : Connor, Brendan, The Broadview Book of Sports Anecdotes, Boadview Press, 1989, p.14.

Initialement publié sur bottedenvoi.blogspot.ca
 

lundi 20 novembre 2017

Hal Winkler



Hal Winkler est né dans une communauté rurale du Manitoba, près du Dakota du Nord, où son père a été maire et député provincial.
 
Gardien de but, il s’est retrouvé dans la ligue senior de sa province et a entre autres joué pour une équipe militaire pendant dans la Première grande guerre. 
 
En 1918, son équipe a joué pour la Coupe Allan, mais elle s’est inclinée devant une équipe de Kitchener.
 
En 1921-22, il accéda au niveau professionnel, lorsqu’il se joignit aux Eskimos d'Edmonton de la nouvelle Western Canada Hockey League (WCHL).  À ce moment, les champions de cette ligue pouvaient aspirer à la Coupe Stanley.  Après avoir terminé en tête de la ligue, remporté les séries et vaincu les champions de la ligue du Pacifique (les Maroons de Vancouver), les Eskimos ont eu la chance d’affronter les champions de la LNH, les Senators d’Ottawa.  Ces derniers ont toutefois remporté deux duels à bas pointage, pour remporter une troisième Coupe en quatre ans.
 
Winkler joua une dernière saison à Edmonton avant de jouer les deux dernières saisons de la ligue avec les Tigers de Calgary.  Toutefois, le bateau de la WCHL coulait.  Pour rester à flot, des équipes vendaient leurs joueurs à leurs homologues de la LNH.  En 1926, le bureau des gouverneurs de la LNH décida alors de racheter tous les contrats de la ligue pour 258 000$ et de la dissoudre.  À partir de ce moment, seulement les équipes de la LNH purent jouer pour la Coupe Stanley.
 
Ce nouveau bassin de joueurs tombait à point nommé, puisque la LNH avait décidé de prendre de l’expansion aux États-Unis.  Après Boston en 1924 et les Americans de New York en 1926, on ajouta pas moins de trois équipes en 1926 : Détroit (en bonne partie une continuation des Cougars de Victoria), Chicago (en bonne partie une continuation des Rosebuds de Portland) et les Rangers.
 
Il fallait donc des joueurs pour remplir tous ces nouveaux uniformes et Winkler prit le chemin de New York.
 
Le 16 novembre 1926, les nouveaux Rangers firent leurs débuts, au Madison Square Garden, face aux champions de la Coupe Stanley, les Maroons de Montréal.
 
Bien que ce n’était pas ses débuts professionnels, il s’agissait tout de même des débuts dans la Ligue nationale de Winkler.  Malgré une glace de mauvaise qualité, les Rangers et Winkler furent à la hauteur de l’occasion.  Il blanchit les Maroons 1-0.
 
Les Rangers avaient toutefois débuté la saison avec deux gardiens, ce qui n’était pas courant à cette époque.  Malgré que Winkler avait des résultats potables (3-4-1, 2 blanchissages, moyenne de 1,87), New York décida finalement d’y aller avec Lorne Chabot.  Son contrat fut donc vendu aux Bruins pour 5 000$, où il alla remplacer Charles Stewart.
 
Winkler aida les Bruins à devenir la première équipe américaine à jouer pour la Coupe Stanley, mais comme lors de sa première présence en finale quelques années plus tôt, il dut baisser pavillon devant les Senators.
 
L’année suivante, Winkler eut une très bonne saison.  Au sein d’une bonne équipe, il joua tous les matchs des Bruins et montra une fiche de 20-13-11, avec une moyenne de 1,51.  Mais surtout, il mena la ligue, à égalité avec Alex Connell, avec pas moins de 15 blanchissages.
 
Question d’illustrer la féroce compétition pour le peu de postes de gardien disponibles à cette époque, cette performance ne suffit même pas à Winkler pour assurer son poste.  L’année suivante, on le remplaça.  Par contre, cette décision, à prime abord audacieuse, s’est avérée juste, puisque son successeur, Tiny Thompson, a mené les Bruins à leur première Coupe en 1928-29 et est devenu l’un des meilleurs de sa génération.  Ironiquement, Winkler n’a pas tout perdu dans tout ceci, puisque bien qu’il ait passé l’entièreté de la saison avec les Millers de Minneapolis de l’AHA, on inscrivit tout de même son nom sur la Coupe Stanley…
 
Winkler joua ensuite deux autres saisons dans les mineures, avant de prendre sa retraite.
 
Il est ensuite retourné au Manitoba, où il mourut en 1956, à l’âge de 62 ans. 
 
Sources : « Maroons Beaten with New York in Opening Fixture », 17 novembre 1926, Montreal Gazette, p.16, legendsofhockey.net, wikipedia.org.

mercredi 15 novembre 2017

Le mystère René Corbet







Plus jeune, j'avais la carte de hockey (que j'ai soit échangé, soit égaré) de René Corbet. Je me rappelle avoir remarqué qu'il était indiqué qu'il était né à Victoriaville. Cool, un deuxième joueur de ma ville jouait présentement (à l'époque) dans la Ligue nationale, le deuxième étant le gardien Philippe DeRouville (3 matchs étalés sur 3 saisons).




Bien qu'il ne fut jamais un joueur de premier plan dans la LNH, Corbet a tout de même eu son numéro retiré avec son ancien club junior, les Voltigeurs de Drummondville. Repêché en 1991 par les Nordiques de Québec, il a fait la navette entre Québec et les Aces de Cornwall dans la AHL, avant de se faire rappeler par le grand club (maintenant au Colorado) en décembre 1995. Il termina l'année avec eux, inscrivant même 5 points dans les éliminatoires, aidant l'Avalanche a éliminer les Panthers en 1996 pour mettre la main sur le saladier de Lord Stanley. Il fut plus tard impliqué dans l'échange qui sortit Theoren Fleury de Calgary, alors que l'Avalanche mit la main sur le petit ailier à la date limite des échanges en 1999.

Après quelques saisons avec les Flames et les Penguins, Corbet s'envola vers l'Allemagne pour y disputer 8 saisons avec les Eagles de Mannheim dans la DEL avant d'accrocher ses patins au terme de la saison 2008-09

J'avais remarqué que Corbet n'avait aucune "reconnaissance" à Victoriaville. En fait, outre nos grands joueurs, Victoriaville ne pavoise pas vraiment ses héros sportifs.

Certes, la patinoire où évoluent "Les Tigres de Victoriaville" se nomme "l'Amphithéâtre Gilbert-Perreault", à l'intérieur du Colisée Desjardins. Jean Béliveau (quoique né à Trois-Rivières, mais ayant grandi à Victoriaville) a un aréna à son nom (le Pavillon Jean-Béliveau).

Jouant présentement pour le CH, Phillip Danault a une certaine exposure, possédant désormais un tournoi de golf annuel (la Classique Phillip Danault). Antoine Bibeau n'a disputé jusqu'à maintenant que deux matchs dans la LNH. Il évolue présentement avec le club-école des Sharks de San Jose. Pour ce qui de Réal Lemieux, premier Victoriavillois à jouer dans la grande Ligue, il a grandi à Sorel, ce qui en fait un héros oublié.

Je n'en ai jamais vraiment fait de cas, mais le 25 octobre dernier, Matthew Vachon du Journal La Nouvelle, publiait un palmarès des meilleurs joueurs de la région de Victoriaville. Dans cette liste, j'avais remarqué l'absence de l'ancien Nordiques. Voulant corrigé cette "injustice" et armé de tous les liens Web indiquant le lieu de naissance dudit Corbet (nhl.com, hockeydb, Wikipédia, Hockey-Reference), j'ai écris au journaliste pour lui faire part de son erreur.

La réponse de M. Vachon m'a surpris. Selon ses collègues et lui, le lieu de naissance de Corbet ferait l'objet d'une erreur, et ce depuis longtemps. Selon eux, il serait plutôt né à Drummondville. Non satisfait de ces réponses (tsé, Internet, ça ne dit QUE LA VÉRITÉ), et voulant fouiller plus loin, j'ai commencé à chercher les cartes de René Corbet sur Google. Toutes ses cartes pros indiquaient  "Victoriaville" comme lieu de naissance. J'ai trouvé cette carte de Corbet dans l'uniforme des Voltigeurs, dans la fameuse série de carte 7th Inning Sketch de 1991-92. Selon cette dite carte, notre non-victoriavillois serait né à St-Hyacinthe. Je ne savais pas qu'on pouvait changer de lieu de naissance entre le junior et le pro ...

Tout de même étonnant que la LNH et les 20 millions de compagnies de cartes de hockey se soient fait duper sur son lieu de naissance !

En retournant fouiller sur Internet, j'ai trouvé l'article que Jonathan Habashi, du Journal L'Express, a réalisé suite au retrait du numéro 25 de Corbet par les Voltigeurs. Selon cet article, Corbet serait bel et bien né à St-Hyacinthe. Je me dis que si l'info vient d'une conversation one-on-one entre le journaliste et Corbet, l'info doit être vraie. J'ai relégué le lien à Matthew Vachon, qui a depuis ajouté une note concernant Corbet à son article.

René, si tu es un lecteur de ce blogue, peux-tu nous shipper une copie de ton acte de naissance svp ? Ça éclaircirait le dossier. Merci !

Sources :
http://www.lanouvelle.net/sports/hockey/2017/10/25/survol-de-quelques-uns-des-meilleurs-hockeyeurs-de-la-region.html

http://www.journalexpress.ca/rene-corbet-na-rien-perdu-de-sa-touche-magique/

https://www.nhl.com/fr/player/rene-corbet-8458538

lundi 13 novembre 2017

Peter Marsh



Peter Marsh est originaire d’Halifax.  Par contre, à cette époque, il n’y avait pas d’équipe junior dans les Maritimes.  Il dut donc prendre le chemin de la LHJMQ pour s’aligner avec les Castors de Sherbrooke, qui étaient sur une lancée. 

À sa deuxième saison, en 1974-75, les Castors ont été frappés par une tragédie.  Le 24 novembre, dans le parc des Laurentides en chemin vers Chicoutimi, leur autobus a eu un accident.  Marsh avait l’habitude de s’asseoir au même endroit, mais comme il avait un problème d’abcès à la bouche, il avait raté le voyage, puisqu’il devait aller chez le dentiste.  C’est son coéquipier Gaétan Paradis qui avait pris sa place.  Paradis a été éjecté du véhicule et a perdu la vie.  Fernand Leblanc, Alain Bélanger et le dépisteur des Crusaders de Cleveland Roger Roy ont également été blessés dans l’accident.

Malgré cette catastrophe, l’équipe a réussi à se regrouper.  Menés par Michel Brisebois à l’attaque, mais aussi Jere Gillis, Richard Mulhern et Bobby Simpson, les Castors ont terminé premiers dans la LHJMQ, avant de remporter la Coupe du Président.  Les choses ne se sont toutefois pas déroulées comme prévu lors du tournoi de la Coupe Memorial, alors qu’ils ont perdu tous leurs matchs.  Ce sont finalement les Marlboros de Toronto qui ont mis la main sur le précieux trophée.

L’année suivante, les Castors ont même réussi à améliorer leur déjà impressionnante fiche, passant de 109 à 111 points.  De son côté, Marsh a grandement contribué à cette saison remarquable.  S'appuyant sur son bon coup de patin et son tir frappé, il marqua 75 buts et amassa 156 points.  Par le fait même, il remporta le Trophée Michel-Brière, remis au joueur le plus utile à son équipe dans LHJMQ.  Une fois  en séries, les Castors se sont toutefois fait surprendre par les Remparts de Québec en finale.

La performance de Marsh lui valut d’être repêché en deuxième ronde (29e au total) par les Penguins de Pittsburgh en 1976.  Il fut également sélectionné au 2e rang par les Stingers de Cincinnati au cours de l’encan de l’AMH.

Marsh choisit finalement le circuit maudit et se retrouva dans une équipe comprenant entre autres Blaine Stoughton, Dennis Sobchuk et l’actuel adjoint de Marc Bergevin, Rick Dudley.

À sa saison recrue, Marsh marqua 23 buts dans une équipe plutôt moyenne.  À sa deuxième, sous les ordres de Jacques Demers, il en marqua 25.  Par ailleurs, en décembre 1977, dans l’autre ligue, ses droits furent échangés.  En effet, les Canadiens firent son acquisition pour compléter la transaction qui envoya Pete Mahovlich à Pittsburgh et Pierre Larouche à Montréal. 

Finalement, en 1978-79, à la dernière saison du circuit, il en marqua 43, le cinquième plus haut total de la ligue.  Mais la fin de l’AMH signifia également la fin des Stingers, puisqu’ils ne firent pas partie des quatre équipes absorbées par la Ligue nationale (Edmonton, Hartford, Québec et Winnipeg).  Ses droits furent donc retournés à Montréal.

Lors du repêchage d’expansion, les joueurs de l’AMH durent d’abord être retournés à l’équipe de la LNH à laquelle ils appartenaient, à l’exception de trois sélections prioritaires par club.  Le tout a été suivi d’un repêchage d’expansion traditionnel, alors que les équipes de la LNH pouvaient protéger un certain nombre de joueurs et que les équipes d’expansion (celles de l’AMH) choisissaient parmi ceux non-protégés.

Certaines équipes ont donc négocié au préalable quels joueurs prioritaires prendre ou ne pas prendre et quels joueurs prendre ensuite au repêchage d’expansion.  Parmi les équipes actives à ce niveau, il y avait les Nordiques, qui ont réussi à conclure des ententes pour conserver leurs piliers comme Tardif, Bernier et Cloutier.  Quant aux Canadiens, ils ont pu exposer sans crainte des joueurs comme Rod Langway, Pierre Larouche et Rick Chartraw car ils avaient pris des ententes pour que les Whalers prennent Al Hangsleben, les Oilers prennent Cam Connor, les Nordiques prennent Alain Côté et que les Jets prennent Peter Marsh, qui fut le tout premier choix du repêchage.

Marsh n’a donc jamais porté l’uniforme des Canadiens et a fait ses débuts dans la LNH avec Winnipeg.

Les Jets ayant moins bien protégés leurs joueurs avant le repêchage, ils en perdirent plusieurs et connurent des débuts difficiles.  De son côté, Marsh ne tarda pas à obtenir son premier point dans la Ligue nationale, puisqu’il obtint une mention d’aide sur le premier but de l’histoire des Jets dans la LNH, compté par Morris Lukowich.  À la fin de la saison, il avait compté 18 buts et amassé 20 passes.

L’année suivante, en 1980-81, les choses empirèrent pour les Jets, devenus la pire équipe de la ligue.  En décembre, ils voulurent brasser les choses en envoyant Marsh à Chicago, en retour de Doug Lécuyer et Tim Trimper.
 
Souvent blessé, Marsh ne put par contre jamais accumuler plus de 10 buts au cours des saisons qui suivirent.  En 1983-84, il fut même rétrogradé dans la Ligue américaine, avant d’être libéré par les Black Hawks à la fin de la saison.

Il retenta sa chance avec les Jets la saison suivante, mais voyant qu’il ne parvenait pas à se tailler un poste, il préféra prendre sa retraite.  À ses 91 buts et 76 passes en 230 matchs dans l’AMH, il a ajouté 48 buts et 71 passes en 278 matchs dans la LNH.

Établi à Chicago, il y a géré pendant plusieurs années une entreprise de fournitures de bureau.  C’est également à Chicago qu’est né son fils Adam, qui s’aligne présentement avec les Islanders de Charlottetown de la LHJMQ.  Ce dernier a été un choix de 7e ronde des Red Wings en 2015 et souhaite suivre les traces de son père.

Sources : « Tout allait bien pour les Castors… et c’est la tragédie » de François Béliveau, 25 novembre 1974, La Presse, p.B3, « Coalition Aubut-Grundman » de Réjean Tremblay, 11 juin 1979, La Presse, p.C2, « De beaux et de mauvais souvenirs pour Peter Marsh » de Jérôme Gaudreau, 23 janvier 2017, La Tribune (latribune.ca), hockeydraftcentral.com, hhof.com.